Comment faire face à la crise !!

faire face crise économique

Rien ne va plus en Tunisie, ou en tout cas pas grand-chose. Après l’attentat de Sousse le 26 juin 2015 où la vie s’est brutalement arrêtée pour 39 personnes sur une plage de Sousse avec le Kalachnikov de Seifeddine Rezgui, Le bilan est déjà lourd. La crise est omniprésente dans les journaux TV, dans les discussions aux cafés et au boulot. J’entends souvent des collègues et des proches dire : La Tunisie est partie en live. On va plus vendre. Ce n’est pas le bon moment d’investir. Ce n’est pas le moment de changer de boulot. Il faut faire des économies pour faire face aux aléas des imprévus.

Dans cette situation, faut-il changer de stratégie ? Est-ce vraiment c’est le meilleur conseil à donner aux tunisiens de ne plus s’investir, de ne plus prendre le risque ?

Je vais vous raconter une histoire :
Un trader de Wall Street dit un jour à son vieux père qui tenait un petit stand de hamburgers en bas des bureaux:
« Comment va ton business, papa? »
« Très bien, pourquoi? »
« Tu sais, la crise est bien installée, Merrill Lynch a un trou de plusieurs milliards, les actions baissent, on licencie à tour de bras… tout va mal. »
« Et bien moi, je vends bien mes  hamburgers ».

Quelques jours plus tard:
« Alors papa, ça va toujours bien? »
« Oui, pourquoi? »
« Ici, c’est de pire en pire, tu devrais faire attention, tu vas bientôt être touché, la crise est là et pour de bon. Essaye de faire des économies pour tenir pendant les périodes de vaches maigres. Tiens, rogne un peu sur la viande que tu mets dans tes hamburgers, par exemple. »
« Tu as peut-être raison, je vais y penser. »

Le vieux vendeur décide de suivre le conseil de son fils et rogne un peu sur la viande qu’il met dans  ses hamburgers…

Quelques semaines plus tard:
« Alors, comment va ton business, papa? »
« Tu avais raison, j’ai noté une petite baisse de mes ventes ».
« Ah mais là, papa, tu n’imagines pas ce qui nous attends, ça va être comme la crise de 29, c’est l’horreur totale. Si tu ne t’adaptes pas, tu es fini. Essaye d’économiser un peu plus. »

Le père enlève encore un peu de  viande, rogne sur le pain, pour « s’adapter » à la crise.

Quelques semaines plus tard:
« Alors papa, tu en es où? »
« Ah fiston, tu avais raison ! La crise m’a frappé moi aussi. Je vends à peine la moitié de ce  que je vendais avant.
« Tu devrais économiser plus ».

Ainsi fut fait, et le marchand de hamburgers cessa son activité, faute de clients. Il s’était laissé contaminer par son fils et ses clients étaient partis ailleurs parce qu’il mettait moins de viande, moins de pain, moins de tout…

La moralité de cette histoire, c’est que dans les périodes de crises, quand tout va mal, la majorité des gens réagissent comme ce vieux vendeur : ils baissent les bras. Et pourtant, ceux qui tiennent bon, ceux qui ne s’avouent pas vaincus tout de suite,  ceux qui savent garder un esprit positif et gagnant récoltent toujours plus que dans les périodes «normales » ! Car c’est pendant les périodes  de crise que se présentent les plus grandes opportunités de réussite… si on sait comment gagner ! Investissez, ne baissez pas les bras, même si le climat est peu favorable. Une bonne opportunité demeure une bonne opportunité, qu’elle survienne au temps de crise ou non. Ne vous restreignez pas à un(e) seul(e) (fournisseur, activité, produit…). Si jamais la crise le frappe sérieusement, vous serez inévitablement et automatiquement tout aussi touché.

Laisser un commentaire